0 In Moi

Ipséité

Dans quelques jours je serai en Inde pour la première fois de ma vie. Pas dans la ville de mes parents mais en Inde tout de même. Je n’y vais pas en famille mais avec mes 10 acolytes depuis déjà 3 ans.

J’appréhende de découvrir ce pays, celui qui a vu grandir mes parents, sans les avoir à mes côtés.

Lorsque l’on m’a annoncé que l’on irait en Inde j’ai eu du mal à réaliser. J’avais conscience que ce serait une étape remplie d’épreuves plus émotionnelles les unes que les autres mais cela restait tout de même assez vague pour moi.

Et puis la première épreuve est arrivée, celle du visa.

Depuis que Papa est parti je ne supporte plus les démarches administratives qui me plaisaient tant avant. Désormais il y a toujours un détail qui me rappelle qu’il n’est plus là.

On m’a demandé des détails précis de sa vie dont je n’ai pas connaissance et que je ne saurai sûrement jamais. Alors, j’ai fouillé dans ses papiers à la recherche de ce détail anodin devenu vital, qu’il aurait été fier de me donner s’il avait été encore parmi nous.

C’est le seul regret que j’ai, de ne jamais avoir pris le temps de m’asseoir à ses côtés et de l’écouter parler de sa vie. Je ne connais ni son enfance ni son histoire… Et par conséquent je me rends compte qu’il me manque un bout de la mienne.

J’essaie de ne pas reproduire la même erreur avec Maman.
Mais une part de mon identité reste flou.
Je ne sais pas qui je suis.
J’ai l’habitude de me définir comme étant française d’origine indienne.
Mes deux parents sont nés et ont vécu leur enfance là-bas.
Je ne parle pas la langue, je ne sais pas cuisiner les plats de chez nous.
Chez nous… Mais est-ce que c’est réellement chez moi ?
Où est-ce que je suis chez moi ?

Ce matin j’avais une chanson indienne dans la tête, une de celles que mon père chantait souvent. Je n’arrivais pas à trouver le titre et même en la fredonnant ma mère ne trouvait pas.

Qu’est-ce que je vais faire quand elle aussi ne sera plus là ? Quand j’aurais besoin d’écouter cette chanson et que je ne pourrais pas.

Il me manque beaucoup trop de réponse et je n’aurai jamais assez de temps pour pouvoir toute y répondre.

Je sens bien que je ne suis pas comme les autres indiens que je connais qui eux-même me qualifie de “trop francisé”. Eux ont de la famille ou font partie des communautés indiennes de leur ville et en côtoie régulièrement contrairement à moi. Je sais que mon éducation a été consolidée entre les valeurs françaises et indiennes. Je sais aussi que certains éléments de la culture indienne sont ancrés en moi et qu’ils s’expriment sans même que je ne m’en rende compte mais je vacille toujours entre les deux.

Comment va se passer ce voyage ? Où en un coup d’œil l’on peut percevoir que je suis française ? Et pourtant je sais bien que certains tenteront de me parler hindi ou marâthî et je ne saurais quoi répondre…

Le départ pour le tour du monde est d’en moins de deux semaines. Et pour moi il commencera plus intensément que jamais.

Advienne que pourra !

PS : Dieu merci, ma maman a retrouvé la chanson que je cherchais ♥️

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply