2 In Moi/ S'aimer envers et contre tout / tous

L’amour à compte à rebours

Noces Film BluevelvetWorld

Il y a quelques jours, je suis tombée sur la bande annonce du film Noces (sortie prévue le 22 février) dans mon fil d’actualité Facebook.

C’était une publication sponsorisée et l’image de la vidéo (ci-dessus) m’a bien entendu fait penser aux mariages de “chez moi” en Inde et c’est ce qui m’a interpellé.

J’ai visualisée la vidéo et la première chose que je me suis dit c’est : Mais pourquoi ne laisse-t-on pas les gens s’aimer comme ils veulent ?

Ça me parait tellement évident d’être libre d’aimer, de pouvoir choisir la personne avec qui l’on a envie de partager un bout de sa vie… Et je me suis rendu compte que ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde. Dans ma famille proche, les mariages arrangés persistes. Les filles doivent se cacher si elles entretiennent une relation avec quelqu’un alors que les hommes peuvent  s’afficher au grand vu de tous. Ces mêmes filles s’efforcent de trouver un homme de même origine qu’elles (indien ou sri lankais – bien évidemment en sachant que ce sera difficile à faire passer s’il n’est pas identiquement de la même origine parce que sri lankais n’est pas indien et inversement) ; alors que les hommes n’ont pas ce problème la ! Leur copine peuvent avoir la peau claire, les cheveux blonds comme les blés ce sera moins un problème que la situation inverse. Et tout ça dans une même famille !

Je conçois que les mariages arrangés ont “évolués”. De nos jours la fille peut apprendre à connaitre son futur mari afin d’acter si oui ou non elle va se marier avec. Mais pensez-vous qu’une fois la procédure enclenchée, les familles concernées, il est facile de faire marche arrière ?

J’ai conscience aussi que le choix de certains familles d’imposer le mariage arrangé part d’un bon sentiment, ils se disent sûrement que lorsque les familles sont impliquées les deux personnes sont plus sincères à l’engagement, en soit ils voient cette pratique comme une façon de protéger leur enfant et de lui apporter quelque chose de bien, de stable à sa vie.

Mais il y a bien un hic, on n’impose rien à personne surtout en amour, on ne fait pas des choses d’aussi grande envergure pour faire plaisir aux autres, on ne sacrifie pas un choix aussi primordial de vie pour le plaisir d’autrui.

Noces Film Bluevelvetworld

Bien sûr, il existe des personnes qui souhaitent le mariage arrangé et qui y croit et si c’est leur décision, soit, qu’il en soit ainsi.

Je me suis toujours demandée pourquoi j’avais du mal à regarder des films indiens (outre le fait que je comprend très peu la langue de mes parents…). Et je me suis rappelée de ces nombreuses scènes où les femmes sont représentées faibles, pleurnichantes, en attente qu’un homme vienne les sauver. JE DÉTESTE CA ! Je vous rassure, on en trouve aussi dans les films français, américains etc… Mais les femmes ne sont pas toutes comme ça. Quel exemple nous donne-t-on ?

Alors je me détache de plus en plus de ce genre de film. Je ne rejette pas ma culture ni mes origines mais il y a des choses auxquelles je n’adhère pas. Je suis française, d’origine indienne. J’ai été élevée avec les deux cultures et dans les deux cultures il y a un problème avec la place de la femme.

bend it like beckham, bluevelvetworld

La femme n’est pas faible.
Il serait peut-être temps que le monde entier le sache.

Je me rends compte que j’ai de la chance. Mon père, ma mère, mes chers parents qui ne m’ont jamais interdit quoi que ce soit. Qui me font confiance et qui me pousse à réaliser ce que j’ai envie. Ils ne m’ont jamais parlé de mariage arrangé, ne m’ont jamais imposé de choix d’études, ils veulent seulement que je réussisse et c’est ce qui m’a poussé à avancer. J’ai toujours su que je pouvais leur parler, aller les trouver dès que j’étais perdue.

Ça n’a pas été facile pour eux, le regard des autres familles indiennes qui leur disaient – pas toujours en face – qu’ils nous avaient mal éduqué et qu’on était des mauvais enfants.

Mes parents avaient compris qu’au lieu de nous interdire les choses, il fallait qu’ils nous préviennent des risques et nous laisse faire nos propres erreurs.

Je repense souvent à ce passage de Gossip Girl où Rufus s’inquiète pour sa fille Jenny et que Lilly lui dit  : “Elle doit apprendre à faire ses propres erreurs, c’est là que tu verras si tu l’as bien éduquée.”

Merci Maman 💙 Merci Papa.
Merci pour tout.

Amandine Dorize.

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Sabrina
    28 février 2017 at 11 h 15 min

    Beau post sur le mariage indien. Je savais que c’était stricte mais je pensais des deux côtés je ne savais pas que l’homme pouvait épouser celle qui voulait et non pas la femme. Certes il y a intention de vouloir bien faire pour sa fille mais mieux vaut s’en vouloir à elle même qu’en vouloir à ses parents pour l’avoir forcée à se marier. J’en connais qui sont dans ce cas mais ce ne sont pas des indiennes. Cela existe un peu partout malheureusement.

    • Reply
      amandinebv
      28 février 2017 at 11 h 32 min

      Oui ça existe encore et un peu partout. Malheureusement ou heureusement. Parfois ça se passe relativement bien… J’en ai quelques uns dans ma famille =)

    Leave a Reply